Autres informations et services officiels : www.belgium.be

Histoire du Résidence Palace

Panneau d'affichage du Résidence PalaceBien que fréquenté actuellement par des journalistes et des fonctionnaires, le complexe du Résidence Palace fut conçu immédiatement après la Première Guerre mondiale comme un immeuble à appartements luxueux destinés à la bourgeoisie et à l'aristocratie bruxelloises.

 

Lorsque l’homme d’affaires wallon Lucien Kaisin fit construire ce bâtiment art-déco dans les années '20 du siècle passé, il s’agissait du plus imposant complexe d’appartements jamais érigé en Europe. Kaisin entendait tout d'abord contribuer à la solution de la crise du logement qui frappait le pays et en particulier la capitale à l'issue de la Grande Guerre. Le projet ne devait cependant permettre qu'aux classes aisées de disposer d'un logement et non à l'homme de la rue. Il souhaitait également répondre dans un même temps au manque criant de personnel de service qui régnait à l’époque. Toute personne qui louerait un appartement dans ce que Kaisin décrivait lui-même comme étant "une petite ville dans une grande ville" pourrait automatiquement recourir aux services des femmes de chambre et des majordomes liés au complexe.

 

Kaisin demanda à l'architecte suisse Michel Polak de dessiner les plans. Le 30 mai 1923 fut posée la première pierre d'un ensemble qui devait accueillir non seulement des appartements de luxe mais également deux restaurants, un théâtre, une piscine avec bains turcs, des salles d’armes et de sport, des salles de conférence, un salon de coiffure, une banque avec coffres, un bureau de poste, des garages, des épiceries, un fleuriste et un confiseur…

 

Les premiers habitants vinrent s’y installer en 1927. Ils ne devaient pas occuper les lieux très longtemps car en 1941, le bâtiment fut réquisitionné par l'occupant allemand. Au sortir de la guerre, le complexe ne put retrouver son affectation originale.

 

Le patio du Résidence Palace dans son état d'origineEn 1947, le Résidence Palace fut acheté par l'Etat belge qui y installa des services publics. Le bâtiment était (et est) idéalement situé, à savoir rue de la Loi. Il fut d’abord occupé par le Ministère de l’Enseignement public. Lui ont ensuite succédé notamment des départements des SPF Affaires étrangères, SPF Finances, SPF Chancellerie du Premier ministre, SPF Mobilité, SPF P&O, de la Régie des Bâtiments et du SPF Justice. Le gouvernement envisagea un moment de raser le bâtiment. Cette décision ne fut heureusement jamais prise.

 

Le théâtre a fait l’objet d’un réaménagement complet en 1953, mais il fut déclaré inutilisable en 1975 car ne satisfaisant plus aux prescriptions légales en matière de sécurité incendie. C’est la raison pour laquelle il fut intégralement rénové en 1985. Le théâtre est pour l’instant hors d’usage en raison de nouveaux travaux de rénovation.

 

A la fin des années '60, l’aspect extérieur du Résidence Palace a subi quelques modifications majeures. L’arrivée des institutions européennes à Bruxelles a métamorphosé le quartier. La construction du Berlaymont ainsi que d’autres adaptations, telles que le tunnel sous le parc du Cinquantenaire et le métro, ont donné à la place Schuman un tout nouvel aspect. C’est la raison pour laquelle les bâtiments situés au coin de la rue de la Loi et de la rue Juste Lipse ont été rasés. La façade arrière du Résidence Palace est par conséquent devenue apparente, alors qu’elle n’avait pas du tout été prévue dans cette optique. Afin de ne pas gâcher le point de vue de la place Schuman, on a apposé une nouvelle façade moderne aux deux côtés du bâtiment (qui est en forme de L) : « extension rue de la Loi » et « extension Juste Lipse ». Ces travaux n’ont nécessité la démolition d’aucune partie du bâtiment existant. Bien au contraire, la capacité de l’ancien Résidence Palace a doublé. Ces travaux ont été effectués en faisant appel aux fils de Michel Polak, l’architecte du Résidence Palace. La Régie des Bâtiments a profité de l’occasion pour faire construire un parking souterrain sur 4 niveaux.

 

A l’heure actuelle, la Régie des Bâtiments travaille sur une nouvelle modification, à savoir la réalisation du futur bâtiment du Conseil européen.